L’histoire de Nest Fondation collective

L’album du jubilé 1/32

Ce diaporama vous offre un aperçu du passé mouvementé de Nest. Conçu avec amour, cet album de 150 pages au format A4 raconte l’histoire de Nest, de sa création au début des années 80 jusqu’en 2008. Que soient ici remerciés Werner Catrina et tous les autres créateurs de l’album du jubilé «Rébellion et rente» qui a servi de modèle pour ce bref aperçu historique.

Un besoin d’alternatives 2/32

Le premier février 1981, une équipe de personnes intéressées crée l’association «Netzwerk für Selbstverwaltung». La réunion souple de personnes ayant les mêmes idées devait surtout servir d’institut monétaire coopératif pour les entreprises autogérées en Suisse. Lors de la création de la caisse de pensions prévue, cette coalition fut déterminante. On avait choisi de rejoindre une fondation collective alternative encore à créer.

L’intégration si nécessaire 3/32

S’agissant du réseau d’autogestion, une assemblée plénière fut convoquée au «Kreuz» à Soleure en novembre 1982. Il y fut décidé d’établir le réseau comme fondateur de la caisse de pensions prévue. L’acte de fondation y fut également adopté. Le réseau exprimait ainsi nettement sa volonté et son aptitude à s’intégrer dans le cadre économique et légal, et à ne pas confier à des banques ou à des assurances les capitaux acquis dans les exploitations coopératives. L’objectif était d’investir dans des entreprises et des projets propres.

Inscription au Registre du Commerce 4/32

La date de fondation de la caisse de pensions alternative fut fixée au 5 avril 1983, date à laquelle la fondation coopérative Netzwerk für Personalvorsorge fut inscrite au Registre du Commerce. Les moyens financiers disponibles furent utilisés de manière parcimonieuse. Par exemple, pour la première année, le budget de l’organe de révision ne devait pas dépasser 2000 francs. C’est au bar du restaurant Kreuz que le nom de Nest fut utilisé pour la première fois en liaison avec NEtzwerk STiftung. Tout le monde le trouva parfait et l’utilisa très naturellement à compter de là.

Une ambiance de renouveau 5/32

Un petit coin d’une salle de la «Laborgemeinschaft 1» (Communauté de laboratoire 1) à la Baslerstrasse à Zurich fut le premier bureau de la fondation commune Netzwerk für Personalvorsorge. Les dix entreprises participant au groupe de travail réussirent à réunir, à elles toutes, le salaire de 1500 francs pour le secrétariat. Peu de temps après, Nest emménagea dans un local fermé. De nouvelles collaboratrices vinrent rejoindre la Fondation. L’ambiance était au renouveau. Il ne s’agissait pas de maximiser les profits, mais de donner priorité à la coopération et au service à la collectivité, par des moyens équitables et responsables.

Garder le contrôle! 6/32

Dès l’été 1984, Nest assurait déjà 17 entreprises avec 150 personnes des secteurs de la construction et de la restauration. Toujours en 1984, une affluence de coopératives et d’autres petites entreprises suivirent, qui jusqu’à présent ne s’étaient quasiment pas préoccupées de la LPP. Les fondateurs de Nest étaient fermement décidés à garder le contrôle personnel des capitaux gagnés de manière équitable. Avant même la fondation, des investissements en Afrique du Sud, pays de l’apartheid, dans les secteurs de l’armement, de l’énergie nucléaire et des grandes banques avaient été proscrits.

Davantage de démocratie... 7/32

Que, dans les fondations, les principales décisions relèvent du Conseil de fondation ne correspondait pas à la compréhension fondamentale de la démocratie de base par Nest. L’objectif était d’exploiter les possibilités légales en faveur de la démocratie et d’ester en justice pour pouvoir y parvenir. Nest n’envisageait pas de céder sur la question du domaine d’influence de l’Assemblée des délégué-e-s (AD). La plainte fut déposée en 1987 et Nest obtint satisfaction. Un autre aspect de la démocratie avait ainsi été sauvé: chez Nest, l’AD décide de la forme d’organisation. Ces droits ont par la suite été à nouveau restreints par voie démocratique.

... et d’égalité des droits 8/32

Chez Nest, l’égalité des droits était et est restée une devise essentielle. Dès le début, le concubinage a été assimilé au mariage, alors que seules de très rares institutions de prévoyance connaissaient une évolution similaire. Avec son orientation éthique et sociale, Nest s’est adressée immédiatement à un vaste segment de clientèle.

Il faut une banque qui ait les mêmes opinions 9/32

C’est en 1990 que fut créée la Banque Alternative Suisse (BAS) à laquelle Nest participa dès ses débuts. «Cette création de banque fait partie de l’histoire de Nest», explique Thomas Heilmann, membre du Conseil de fondation et économiste, «il y a là une vraie concordance». L’institut monétaire avec siège à Olten et des guichets dans toutes les parties du pays se limite aux opérations bancaires traditionnelles, la collecte de l’épargne et l’octroi de crédits contre intérêt.

Gestion professionnelle des données 10/32

Les premiers comptes annuels furent saisis sur une machine à écrire à boule. Les primes étaient calculées sur une calculette solaire. Le directeur Felix Pfeifer effectuait ses calculs avec un boulier Abacus. «À partir de 1988, on fabriqua un programme informatique sur mesure pour la gestion technique de la caisse de pensions, sur la base du logiciel Dataflex», explique Pfeifer. Ce logiciel pourrait encore fonctionner aujourd’hui, mais il a été remplacé en 2000 par un système acheté dans le commerce.

Un réveil douloureux – une réalité brutale 11/32

Nest Fondation collective a enregistré dans le domaine immobilier, en plus de nombreux investissements et hypothèques sans problèmes, l’un ou l’autre désastre. Ainsi, le restaurant coopératif très connu Gasthof Engel à Ottenbach ZH connut des difficultés financières et se retrouva dans l’incapacité d’assurer le service de l’hypothèque d’un million de francs de Nest en dépit d’immenses efforts. Nest emporta la vente forcée. Par la suite, l’immeuble ne réussit jamais vraiment à se rétablir et, finalement, ce fut le canton de Zurich qui reprit la maison.

Professionnalisme en hausse 12/32

Cet incident, et d’autres également, furent un coup de semonce: le temps des modèles d’exploitation centrés sur la démocratie de base s’achevait pour les entreprises assurées. On parlait désormais de style de direction participative, les coopératives se transformaient souvent en sociétés anonymes. Nest également évoluait vers plus de professionnalisme, de service et de rentabilité. Nest se développait par à-coups et dut embaucher du personnel qui continuait à travailler pour un salaire unitaire.

Des dingues deviennent des pionniers 13/32

La fortune sous gestion progressa par bonds d’une année sur l’autre. En dépit de ces taux de croissance, la pousse alternative n’était pas vraiment prise au sérieux dans la jungle du secteur des assurances. On ne créditait pas les «dingues de la communauté anti-nucléaire» d’une grande espérance de vie. Mais à chaque fois que les grands groupes d’assurances garantissaient la frustration en raison d’une dégradation des conditions cadres, Nest enregistrait une forte progression.

Femmes bras croisés, le pays perd pied 14/32

Le 14 juin 1991 eut lieu la première grève nationale des femmes: un demi-million de femmes cessèrent de travailler. Sous le slogan «Femmes bras croisés, le pays perd pied», des groupes de femmes parcoururent les rues. Les femmes travaillant chez Nest se rendirent en rangs serrés à la manifestation, et portèrent des tableaux et des transparents pour exprimer les exigences du domaine des assurances sociales. Afin qu’elles puissent disposer d’espace pour peindre les transparents, les hommes du personnel Nest avaient été relégués à l’étage supérieur.

La première bénéficiaire d’une rente de vieillesse 15/32

Le rapport annuel 1992 annonça, outre une performance impressionnante de la fortune globale, une autre information inédite: la première bénéficiaire d’une rente de vieillesse. Cette nouvelle avait un caractère symbolique car Nest assure plus de femmes que la moyenne, et parmi elles aussi des mères célibataires. Les bons bilans de cette année ne purent toutefois pas faire oublier que l’horizon économique s’obscurcissait, une récession s’amorçait. La politique de placement de Nest, avec à l’époque seulement 2 pour cent d’actions, permit d’éviter le pire: en dépit de l’orage économique, les responsables pouvaient se sentir rassurés.

En t-shirt pour l’entretien d’embauche 16/32

Si Nest se professionnalisa progressivement, dans les années 90, les locaux de l’entreprise étaient encore marqués par l’esprit coopératif. On décrivait l’atmosphère comme parfaitement informelle, avec des voies rapides et une hiérarchie plate. La porte du directeur de l’époque, Felix Pfeifer, n’était fermée que pour les entretiens confidentiels. Avec l’essor de la téléphonie mobile, tous les collaborateurs connaissaient le numéro de portable du chef, et il était tout à fait possible que ce dernier reçoive un futur collaborateur en t-shirt Che Guevara.

Davantage de croissance, davantage de compromis 17/32

Nest connut la croissance car la politique de placement écologique et éthique était payante et que la caisse de pensions alternative put s’affirmer sur un marché très convoité grâce à ses bons résultats. Le processus d’apprentissage a notamment comporté le fait que ses standards élevés ne pouvaient pas être mis en œuvre sans concessions pour les placements. Pour les stratèges de Nest, il était clair qu’il était indispensable de coopérer avec des banques et que sans grandes banques, le système économique ne pouvait pas fonctionner. Toutefois, il était toujours hors de question d’investir dans ces géants de la finance.

Comment fais-tu, Felix? 18/32

En 1996, les articles de presse sur des gérants de caisses de pensions réussissant à améliorer leurs gains par des placements habiles se multiplièrent. À l’époque, «nest news» s’interrogea avec ironie sur le financement du dispendieux vélo de course du directeur Felix Pfeifer... Depuis sa création, Nest a accordé beaucoup d’importance à la transparence des placements et de la comptabilité. Le bilan ne comporte aucune réserve latente dissimulée, le Conseil de fondation doit rendre des comptes aux assurés sur les réserves ouvertes.

Une correction de cours pour le jubilé 19/32

En 15 ans, Nest a beaucoup progressé, passant d’une organisation d’entraide coopérative à une entreprise de services modernes avec profil écologique. Le jubilé a apporté une opportunité de corriger le cours: on recherchait une césure. Un nouveau Conseil de fondation fut nommé, composé de représentants présentant un profil d’exigences nettement plus élevé. Le nouveau Conseil de fondation sut convaincre par des connaissances spécialisées spécifiques dans les domaines de la finance, de la fiscalité, du droit, de l’économie, de l’informatique et du marketing.

Comment mesurer la durabilité? 20/32

À la fin des années 90, avec l’entreprise de conseil Infras, Nest créa le système de notation écologique qui offre une base permettant d’étudier le mode d’exploitation durable également d’entreprises plus complexes. En 2001, Nest et Infras créaient ensemble la société INrate. La plus grande agence de notation indépendante actuelle pour la durabilité évalue dans le monde entier la durabilité écologique et sociale d’entreprises, d’institutions et de pays. Les fonds Raiffeisen Futura ont été lancés sur cette base.

Révolte des déléguées et des délégués 21/32

Après l’explosion de la bulle Internet et les conséquences de 9/11 en 2001, Nest Fondation collective se retrouva en défaut de couverture. «J’ai eu le plaisir douteux d’annoncer aux déléguées et aux délégués une perte de 29 millions», se souvient Thomas Heilmann, membre du Conseil de fondation. L’ambiance était à l’orage et les déléguées et délégués ont exprimé de vives réclamations. Après des débats intensifs, l’assemblée plénière finit par adopter le paquet de crise. Il s’agit de relever le taux de couverture et de renflouer les réserves de fluctuation.

Renforcer les bases 22/32

Après la crise, les portefeuilles de Nest se reprirent. En 2003, les placements produisirent un rendement de 10,7 pour cent, notamment les paquets d’actions suisses du fonds Raiffeisen Futura Swiss Stock furent particulièrement performants. En revanche, les obligations générèrent un rendement comparativement faible. Un an plus tard, Nest rejoignait, avec 35 autres caisses, la communauté d’intérêt des fondations collectives et communes autonomes. L’objectif était d’échanger des expériences et de renforcer les positions des institutions de prévoyance autonomes face aux compagnies d’assurance.

En remontrer aux plus grandes 23/32

En dépit de la résistance de l’Office fédéral des assurances privées, les caisses de pensions autonomes Nest, Profond, PKG, Abendrot et Alsa créèrent en 2005 la compagnie de réassurance PKRück qui se concentre systématiquement sur la prévoyance professionnelle. Compte tenu de son histoire, Nest sut se mobiliser rapidement pour une telle solution de prise en charge propre, basée sur des concepts coopératifs. Le réassureur traite depuis les cas de risque de Nest. La naissance de ce concurrent agile et spécialisé provoqua une baisse générale des primes chez les réassureurs.

Toujours davantage de rentes de vieillesse 24/32

En 2006, avec un total de 7117 personnes assurées, Nest enregistrait 144 rentes de vieillesse et 307 rentes d’invalidité ainsi que 100 rentes à des survivants, avec une tendance en hausse. Régulièrement, des alertes précoces avaient été lancées pour le régime obligatoire, quant à une montagne de rentes. Ce scénario catastrophe, le vieillissement de la population, porte moins d’effets chez Nest qu’ailleurs car la pyramide des âges de Nest est relativement ronde, contrairement à celle de la population dans son ensemble: cela signifie que chez Nest, l’augmentation du nombre des rentes de vieillesse est linéaire et prévisible.

Croissance de Nest aussi dans le réseau 25/32

En 2007, Nest a pu conquérir quelque 300 entreprises supplémentaires. Internet prend toujours plus d’importance pour la communication et la fidélisation des clients. Les sociétés affiliées et leurs collaborateurs peuvent s’y informer et communiquer par courriers électroniques. Tous les mois, la Fondation collective propose sur le Web une information sur le résultat des placements. Chaque trimestre, ces derniers font l’objet d’une présentation détaillée. Conformément à son credo de transparence, Nest est ainsi devenue une fondation de cristal.

Franchissement de la «barrière de rösti» 26/32

Une expansion géographique suivit en 2008: Nest Fondation collective s’étendit en Suisse romande. Le 5 novembre 2008, Nest ouvrait officiellement à Genève sa représentation romande. Caroline Schum, ingénieure en génie rural, qui avait à l’époque travaillé pour la fondation de placement Ethos et été membre du conseil d’administration de la de la Banque Alternative en était responsable. Très vite, l’expansion en Suisse romande fut couronnée d’un succès considérable. Dès les premières semaines, il fut possible de conclure quelques contrats avec des entreprises.

Une lueur dans une période difficile 27/32

En 2008, une nouvelle crise ébranla les caisses de pensions. Il s’agissait cette fois du désastre hypothécaire américain et des turbulences en résultant sur les marchés financiers, qui creusèrent des gouffres dans les bilans des caisses de pensions. Une enquête du «Sonntags-Zeitung» auprès de 5 assureurs vie et de 27 fondations collectives révéla un résultat réjouissant pour Nest qui obtenait en moyenne, pour les années 2000 à 2007, le rendement le plus élevé de toutes les caisses participant à l’étude.

Un long chemin 28/32

En 25 ans, Nest a évolué d’une exploitation démocratique de base à une caisse de pensions professionnelle qui ne craint aucune comparaison. Mais la culture d’entreprise diverge d’avec celle d’autres caisses. Car ce qui a motivé les éveils de 68 et de 80 est quasiment dans les gènes de cette caisse de pensions. Même si l’assemblée plénière démocratique de base n’existe plus et que le salaire unitaire l’a emporté sur ce qui était, il est resté quelque chose de l’esprit de l’époque, insoumis, appréciant également les plaisirs et la culture.

Création de la Commission des personnes retraitées 29/32

Nest a créé en 2009 la Commission des personnes retraitées CoRe. Les bénéficiaires de rentes de retraite ont ainsi une possibilité de s’exprimer. Par cette plate-forme, la caisse de pensions a souhaité combler un manque ressenti depuis longtemps comme dérangeant: l’absence d’influence des bénéficiaires de rentes. Même si le nombre de ces derniers est relativement faible par rapport au total des personnes actives, on a reconnu chez Nest que les retraitées et les retraités sont très importants pour l’orientation future de la Fondation collective.

Changement de direction et distinctions 30/32

Après des périodes tumultueuses, les marchés financiers se sont repris. En 2009, Nest s’est vu décerner une fois de plus le prix de la meilleure performance sur dix ans dans la comparaison des caisses de pensions du «Sonntags-Zeitung» pour sa politique de placement éthique et sociale performante. Le fonds en actions «Futura Swiss Stock» dont Nest est cofondatrice a obtenu le Lipper Fund Award sur les cinq dernières années. Après 26 ans d’activité, le directeur Felix Pfeifer a été remplacé par Peter Beriger. Felix Pfeifer passe au Conseil de fondation qu’il préside depuis 2011.

Le cap du milliard a été atteint, nouveau domicile au 4e arrondissement 31/32

En 2010, Nest dépasse pour la première fois le milliard de francs pour les placements de fortune. La Fondation devient ainsi l’une des plus grandes institutions de prévoyance de Suisse et se distingue par la stabilité de ses valeurs de référence: un bon rapport entre les personnes actives et les bénéficiaires de rentes, un âge moyen bas et une capacité de risque solide. Après une odyssée de plusieurs décennies à travers les quartiers périphériques de Zurich, Nest emménage dans ses propres bureaux, à la Molkenstrasse 21 du 4e arrondissement de Zurich.

30 ans de Nest – la réforme structurelle à l’origine d’une perte de démocratie 32/32

La réforme du 2e pilier édictée par la Confédération empiète sur l’autonomie d’organisation obtenue de haute lutte de l’Assemblée des délégué-e-s. Désormais, le Conseil de fondation dispose de la compétence inaliénable et intransmissible. Nest veut toutefois conserver les éléments de la démocratie de base et envisage d’impliquer, à l’avenir également, les personnes assurées dans la formation de l’opinion, par exemple au moyen de consultations et de votes consultatifs. La nouvelle procédure a été appliquée pour la première fois lors de l’Assemblée des délégué-e-s 2013.

L'Assemblée ordinaire des délégué-e-s aura lieu

le 12 Septembre 2019,

à 15h00, Volkshaus Zurich